Home » La (sur)vie quotidienne » Toi qui ne fais rien…
formats

Toi qui ne fais rien…

 

Toi qui ne fais rien je te méprise grandement, sache le.

Oui, toi qui passe des journées ou des soirées à ne rien faire et sans être chez toi

Oui, tu sais bien. Tu es celui ou celle qui est assis longtemps, très longtemps dans un lieu public.

Sur un banc, sur le rebord d’un pot de fleurs, enfin dans un lieu qui est tout sauf plaisant à la contemplation ou la détente.

Je ne parle pas de ceux qui sont allongés dans l’herbe dans un parc agréable, à l’ombre d’un bel arbre, et qui profitent du temps clément et tempéré pour se détendre le temps d’une après-midi.

Non je parle de cet odieux imbécile qui usurpe un lieu public et qui attend que sa vie de merde passe, et qui au passage fait profiter tous les alentours du lieu qu’il squatte de sa connerie à l’aide de bruits divers qui vont de la musique de merde à l’utilisation de véhicule bruyant.

Alors bien sûr on va m’expliquer que ce casse-bonbons (c’est dommage y’a pas de féminin pour casse-bonbons alors que le genre n’empêche pas la connerie…) est très malheureux chez lui. Qu’il a des parents qui sont  méchants, désocialisés, perdus ou absents.

Oui mais ça je m’en tamponne le haricot plat.

Avoir une vie de merde est une chose, pourrir celle des autres en est une autre. Parce qu’en général, le crétin (ou la crétine) à la vie aussi inutile que celle d’une éponge à vaisselle dans un lagon des mers du sud, est rarement seul à venir user ses vêtements dans des endroits inappropriés. Il est en groupe. Et qui dit groupe dit comportement de groupe. Et qui dit comportement de groupe dit nuisance et pénibilité pour les malheureux résidents proche du lieu où ce groupe de sous-humains a élu domicile.

Alors bien sûr on va m’expliquer que ce résidu d’humanité ratée est pauvre. Et qu’il n’a pas accès à des loisirs pour s’occuper et qu’il préfère rester au pied de son habitation en attendant la mort, qui soit dit en passant pourrait accélérer le mouvement et laissez ma mémé tranquille.

Oui mais çà je m’en contre balance le sac de riz.

Il est très facile, même avec peu ou sans argent, de s’occuper à faire autre chose que de passer plusieurs heures assis au même endroit, à ne rien faire si ce n’est du bruit avec d’autres médiocres.

Il n’y a aucune excuse à avoir une vie de merde et à s’y complaire. Il y a encore moins d’excuses à perturber la vie, la nuit ou la journée d’autres personnes sous prétextes qu’on a une vie vide et sans but. Parce que c’est tout ce que tu dégages, âne bâté, comme impression, d’avoir une vie à côté de laquelle celle du chien de ma voisine a plus d’intérêt.

Il y a toujours moyen de s’occuper. De la commune la plus pauvre à la plus riche, on trouve forcément quelque chose à faire ou à voir et pour pas cher.

Sache donc que tu ne mérites aucune considération, aucune compassion. Juste du mépris à être le chainon finale de l’évolution consumériste qui fait que lorsque tu ne consommes pas tu ne sers à rien et en plus tu fais chier le monde.

Je ne suis même pas sûr que tu mérites mon mépris.

Et en plus tu mets pas de costume alors…

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


neuf + = 15

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 ©LaurentDoucet - 2012 // Propulsé par WordPress // Thème iFeatures, modifié par Arno D.